🚚 BUY A PRENABELT - GET FREE SHIPPING IN CANADA!

1, "right"=>1, "bottom"=>1, "left"=>1}px solid #aebbae;">

EXTENDED! 🍁 Get $30 CAD off with promo code: CANADADAY2024 🍁

OFFER EXPIRES IN:

00
:
00
:
00
:
00

Renseignements pour les physiothérapeutes et les massothérapeutes autorisés

 

A primer on low back pain and pelvic girdle pain in pregnancy in the context of sleep in the third trimester.

A brief update for busy physiotherapists and registered massage therapists.

 
Réponse courte: Il s'agit probablement d'un résultat de la façon dont votre corps s'adapte à votre grossesse.
 
 
Réponse longue:
Pendant la grossesse, une série de changements hormonaux et biomécaniques sont probablement à l'origine de l'apparition ou de l'exacerbation de lombalgies et de douleurs de la ceinture pelvienne (PGP)[1,2].
  • Ces changements comprennent une prise de poids de 25 à 35 livres[3], la remontée antéro-supérieure progressive de l'utérus gravide hors du bassin et dans l'abdomen avec un diastasis recti occasionnel, un déplacement vers l'avant du centre de gravité et du centre de pression ; une augmentation de la charge et de la mobilité des articulations [4] (y compris la symphyse pubienne et les articulations sacro-iliaques "fixes"), mais une réduction de l'amplitude de mouvement du tronc et de la hanche ;[1] une lordose lombaire exagérée, une inclinaison pelvienne antérieure et une posture élargie affectant la démarche, l'équilibre et le contrôle de la posture ;[1,5-7] une flexion du cou vers l'avant, un affaissement des épaules et une tension accrue sur les muscles paraspinaux.
Réponse courte: Assez fréquente - sur 5 grossesses, environ 3 ou 4 en feront l'expérience.
 
 
Réponse longue:
Prévalence de la lombalgie et de la PGP pendant la grossesse
  • Entre 56 et 80 % des patientes enceintes font état de lombalgies et environ 65 % font état de PGP [8-11].
Réponse courte: Parfois - chez environ 45% des patients, elle peut s'étendre aux jambes.
 
 
Réponse longue :
Caractérisation de la lombalgie et de la PGP pendant la grossesse
  • La douleur peut rester dans la zone du bas du dos et du bassin mais irradie vers les extrémités inférieures chez environ 45% des patientes[11].
    Réponse courte: Pour la plupart des patients, elle commence entre 5 et 7 mois.
     
     
    Réponse longue: 
    Début de la lombalgie et de la PGP pendant la grossesse
    • Bien que la lombalgie et la PGP puissent débuter à n'importe quel moment de la grossesse, elles commencent pour la plupart des patientes entre le cinquième et le septième mois[11].
      Réponse courte: Pour certains, cela s'aggrave au fil de la journée. Pour d'autres, cela s'aggrave pendant la nuit.
       
      Réponse longue :
      Chronologie de la lombalgie et de la PGP pendant la grossesse

      • Chez 1 patiente sur 3, la douleur augmente au fil de la journée.
      • Chez 33 à 67 % des patientes (1 à 2 patientes sur 3), la douleur s'aggrave pendant la nuit et perturbe le sommeil [11-13].
        Réponse courte: Oui, il y a beaucoup de choses, par exemple, avoir un mal de dos préexistant.
         
        Réponse longue :
        Facteurs de risque de lombalgie et de PGP pendant la grossesse

        • Douleurs dorsales préexistantes, douleurs dorsales pendant les menstruations, douleurs dorsales lors d'une grossesse précédente,[14] chirurgie dorsale antérieure, IMC élevé avant la grossesse, prise de poids gestationnelle faible et élevée, rétention de poids post-partum plus importante, âge plus jeune, grande multiparité, niveau d'activité physique plus faible, anxiété et dépression[8,10,15,16].
          Réponse courte : Oui. Elle affecte les activités quotidiennes d'une grossesse sur trois, et une sur deux connaît des troubles du sommeil dus à la douleur.
           
          Réponse longue :
          Effet de la lombalgie et de la PGP sur la qualité de vie

          • La douleur moyenne est d'intensité "modérée".
          • En raison de la lombalgie et de la PGP, 30 à 60 % des patients souffrent de troubles du sommeil [8,11] et près de 60 % ont des difficultés à mener leur vie quotidienne.
          • Une personne sur trois cesse d'effectuer au moins une activité quotidienne en raison de la douleur et déclare que la douleur a également entravé l'exécution d'autres tâches courantes.
            Réponse courte: Oui. À mesure que la grossesse avance, les mouvements qui déclenchent la douleur peuvent changer, mais ces deux mouvements semblent être des déclencheurs constants tout au long de la grossesse.
             
            Réponse longue :
            Activités qui provoquent des lombalgies et des PGP

            • Au moins 16 types de mouvements qui provoquent des lombalgies et des PGP ont été identifiés. Tous ces mouvements sont des activités quotidiennes régulières plutôt que des mouvements spécifiques nécessitant une compétence particulière ou un effort supplémentaire [11,17].
            • Au fur et à mesure que la grossesse progresse, la provocation de la douleur devient moins attribuée à ces 16 mouvements ; cependant, tout au long de la grossesse, le fait de se lever d'une chaise et de se retourner dans son lit la nuit semble provoquer systématiquement un nombre important de lombalgies et de PGP[17]. En effet, les lombalgies et les PGP sont couramment signalés comme se produisant en position couchée, en position de sommeil et en position assise[11,16].
              Réponse courte: Cela pourrait être lié au fait de dormir sur le dos sans le savoir, ce qui peut entraîner une congestion des petits vaisseaux sanguins qui drainent des structures importantes dans le bas du dos, provoquant ainsi des douleurs..
               
              Réponse longue :
              Pathophysiologie de la lombalgie nocturne


              • Dans les études polysomnographiques sur le sommeil, la lombalgie nocturne en fin de grossesse a été associée au fait de passer plus de temps en position couchée et d'avoir une saturation en oxygène du sang plus faible[13].
              • Des études IRM ont montré que la compression de la veine cave inférieure (VCI) pendant la grossesse en position couchée peut entraîner un engorgement du plexus veineux épidural et une lombalgie, y compris une douleur radiculaire[18].
              • On pense que l'occlusion de la VCI par l'utérus gravide en fin de grossesse en position couchée[19], combinée à une circulation collatérale inadéquate pour contourner la VCI occluse chez certaines patientes[20,21] et à une saturation sanguine en oxygène plus faible pendant le sommeil en position couchée[22], augmente la pression et la veinostase dans les vaisseaux drainant les structures neurales, ce qui peut entraîner une hypoxémie, une alimentation métabolique compromise et des douleurs[12,13].
              • Notez qu'entre 9,5 % et 47 % du temps de sommeil est passé en décubitus dorsal au cours du troisième trimestre[22-28].
                Réponse courte: Porter des vêtements et des chaussures offrant un bon soutien. Utiliser des chaises avec un bon soutien du dos. Dormir sur le côté, avec les genoux pliés et un oreiller entre eux, et un oreiller sous le ventre. Faire de l'exercice. Massothérapie et physiothérapie. Des ceintures de maternité comme la PrenaBelt™.
                Réponse longue :
                Traitement de la lombalgie et douleur de la grille pelvienne pendant la grossesse
                • Seule une personne sur trois souffrant de lombalgie et/ou de dystrophie musculaire de la prostate pendant la grossesse alerte son prestataire de soins prénatals au sujet de ses symptômes, et seul un prestataire de soins prénatals sur quatre recommande un traitement[8].
                • Après avoir écarté les causes graves, une approche multimodale est recommandée[29].
                • Portez des vêtements [30] et des chaussures qui vous soutiennent. Les chaussures doivent être à talon bas, mais pas plates. Évitez les talons hauts. Utilisez une ceinture de soutien de maternité[30,31].
                • Faites attention à la posture : [32]
                  • Utilisez des chaises avec un bon soutien du dos, y compris un soutien lombaire.
                  • Si vous êtes debout pendant de longues périodes, alternez l'appui d'un pied sur une petite boîte.
                  • Dormez sur le côté. Gardez un ou deux genoux pliés. Placez un oreiller entre les genoux et un oreiller sous le ventre[33].
                  • Demandez de l'aide pour soulever des objets lourds. Soulevez avec le dos droit, accroupi, avec les genoux pliés. Ne vous pliez pas au niveau de la taille.
                • Alternez l'utilisation d'un pack de chaleur ou de fraîcheur sur le bas du dos pendant un temps limité[32].
                  • Avertissement: N'utilisez PAS de pack thermique sur ou près de l'abdomen pendant la grossesse. Cela pourrait être dangereux et entraîner une mortinatalité.
                • Il a été démontré que l'exercice (sur terre ou dans l'eau [34,35]) réduisait la lombalgie, améliorait l'incapacité fonctionnelle et réduisait les congés de maladie ;[32,36-38] cependant, les preuves de ses bienfaits pour la PGP font défaut[37].
                • La massothérapie et la physiothérapie [31,38].
                • Les approches de médecine complémentaire et alternative.[39]
                • Le PrenaBelt™ est le premier et le seul dispositif de thérapie positionnelle publié au niveau international et testé cliniquement pour une utilisation pendant le sommeil pendant la grossesse et il a été démontré qu'il réduisait significativement le temps passé à dormir en décubitus dorsal pendant le troisième trimestre sans affecter l'architecture du sommeil[23,24,40] Le PrenaBelt™ est également une ceinture de soutien à la maternité et comprend un oreiller pour les genoux, un oreiller latéral et un pack thermique pour assurer un sommeil confortable et soulager la lombalgie et la PGP pendant la grossesse.
                Réponse courte: Oui. Chez 80 à 95 % des patientes, la douleur disparaît après la fin de la grossesse.
                 
                Réponse longue:
                Pronostic de la LBP et de la PGP pendant la grossesse

                • Se résorbe chez 80 à 95 % des patientes [14,41,42].
                • Un IMC élevé avant la grossesse ou après l'accouchement augmente le risque de lombalgie persistante[15].
                  Réponse courte: Oui (voir la réponse longue).
                   
                  Longue réponse :
                  Points pratiques pour les physiothérapeutes et les massothérapeutes agréés.
                  • Étant donné que les mouvements de routine (notamment le fait de se lever d'une chaise) peuvent provoquer des lombalgies et des PGP pendant la grossesse, il peut être utile d'enseigner à ces patientes des mouvements modifiés afin de réduire la charge et les contraintes sur le corps[17].
                  • En position couchée ? Lorsque vous placez une patiente enceinte en vue d'un traitement, si la position couchée sur le dos est nécessaire, gardez toujours son bassin incliné de 15 degrés ou plus vers la gauche[43]. De plus, pour la mettre dans cette position, commencez toujours par la coucher sur le côté gauche, puis faites-la rouler vers cette position. Il est prouvé que le passage à cette position d'inclinaison pelvienne gauche à partir du décubitus dorsal n'est pas aussi efficace pour soulager la compression aorto-cave que le passage à cette position à partir de la position latérale gauche[44]. Si vous inclinez le bassin vers la droite, une inclinaison de plus de 30 degrés peut être nécessaire[45,46].
                  • En décubitus ventral ? Depuis plus de deux décennies, on sait que la position ventrale de la mère en fin de grossesse peut être adoptée à l'aide d'un lit, d'une civière ou d'un oreiller spécial (par exemple, Belly Pillow® [47]) doté d'un grand trou qui accueille l'utérus gravide et garantit qu'aucune pression n'est appliquée sur la région abdominale. Dans ces conditions, il a été démontré que cette position est sûre pendant au moins 5 à 6 minutes [48], qu'elle est confortable [47,48] et qu'elle peut soulager complètement la compression utérine du VCI et de l'aorte. Ceci, à son tour, peut améliorer la fréquence respiratoire maternelle,[48] la saturation en oxygène du sang,[48] et la pression artérielle[47,48] et peut améliorer le flux de l'artère ombilicale chez le fœtus[49].
                  Références :
                  1. Conder R, Zamani R, Akrami M. The Biomechanics of Pregnancy: A Systematic Review. J Funct Morphol Kinesiol, 2019.
                  2. MacEvilly M, Buggy D. Back pain and pregnancy: a review. Pain, 1996.
                  3. American Academy of Obstetricians and Gynecologists. Committee Opinion No. 548: Weight Gain During Pregnancy. Published online 2020:3.
                  4. Chu SR, et al. Pregnancy Results in Lasting Changes in Knee Joint Laxity. PM R, 2019.
                  5. Foti T, Davids JR, Bagley A. A biomechanical analysis of gait during pregnancy. J Bone Joint Surg Am, 2000.
                  6. Forczek W, et al. Progressive changes in walking kinematics throughout pregnancy-A follow up study. Gait Posture, 2019.
                  7. Gilleard W, Crosbie J, Smith R. Effect of pregnancy on trunk range of motion when sitting and standing. Acta Obstet Gynecol Scand, 2002.
                  8. Wang SM, et al. Low back pain during pregnancy: prevalence, risk factors, and outcomes. Obstet Gynecol, 2004.
                  9. Thorell E, Kristiansson P. Pregnancy related back pain, is it related to aerobic fitness? A longitudinal cohort study. BMC Pregnancy Childbirth, 2012.
                  10. Kovacs FM, et al. Spanish Back Pain Research Network. Prevalence and factors associated with low back pain and pelvic girdle pain during pregnancy: a multicenter study conducted in the Spanish National Health Service. Spine, 2012.
                  11. Fast A, et al. Low-back pain in pregnancy. Spine, 1987.
                  12. Fast A, et al. Night backache in pregnancy. Hypothetical pathophysiological mechanisms. Am J Phys Med Rehabil, 1989.
                  13. Fast A, Hertz G. Nocturnal low back pain in pregnancy: polysomnographic correlates. Am J Reprod Immunol N Y N, 1992.
                  14. Brynhildsen J, et al. Follow-up of patients with low back pain during pregnancy. Obstet Gynecol, 1998.
                  15. Bliddal M, et al. Association of Pre-Pregnancy Body Mass Index, Pregnancy-Related Weight Changes, and Parity With the Risk of Developing Degenerative Musculoskeletal Conditions. Arthritis Rheumatol Hoboken NJ, 2016.
                  16. Bryndal A, et al. Risk Factors Associated with Low Back Pain among A Group of 1510 Pregnant Women. J Pers Med, 2020.
                  17. Morino S, et al. Low back pain and causative movements in pregnancy: a prospective cohort study. BMC Musculoskelet Disord, 2017.
                  18. Paksoy Y, Gormus N. Epidural venous plexus enlargements presenting with radiculopathy and back pain in patients with inferior vena cava obstruction or occlusion. Spine, 2004.
                  19. Humphries A, et al. The effect of supine positioning on maternal hemodynamics during late pregnancy. J Matern-Fetal Neonatal Med, 2019.
                  20. Humphries A, Stone P, Mirjalili SA. The collateral venous system in late pregnancy: A systematic review of the literature. Clin Anat N Y N, 2017.
                  21. Humphries A, et al. Hemodynamic changes in women with symptoms of supine hypotensive syndrome. Acta Obstet Gynecol Scand, 2020.
                  22. Dunietz GL, et al. Sleep position and breathing in late pregnancy and perinatal outcomes. J Clin Sleep Med, 2020.
                  23. Kember AJ, et al. Modifying maternal sleep position in the third trimester of pregnancy with positional therapy: a randomised pilot trial. BMJ Open, 2018.
                  24. Warland J, et al. Modifying Maternal Sleep Position in Late Pregnancy Through Positional Therapy: A Feasibility Study. J Clin Sleep Med, 2018.
                  25. McIntyre JPR, et al. A description of sleep behaviour in healthy late pregnancy, and the accuracy of self-reports. BMC Pregnancy Childbirth, 2016.
                  26. Warland J, Dorrian J. Accuracy of Self-Reported Sleep Position in Late Pregnancy. PLOS ONE, 2014.
                  27. O’Brien LM, Warland J. Typical sleep positions in pregnant women. Early Hum Dev, 2014.
                  28. Wilson DL, et al. Decreased sleep efficiency, increased wake after sleep onset and increased cortical arousals in late pregnancy. Aust N Z J Obstet Gynaecol, 2011.
                  29. George JW, et al. A randomized controlled trial comparing a multimodal intervention and standard obstetrics care for low back and pelvic pain in pregnancy. Am J Obstet Gynecol, 2013.
                  30. Quintero Rodriguez C, Troynikov O. The Effect of Maternity Support Garments on Alleviation of Pains and Discomforts during Pregnancy: A Systematic Review. J Pregnancy, 2019.
                  31. Richards E, et al. Does antenatal physical therapy for pregnant women with low back pain or pelvic pain improve functional outcomes? A systematic review. Acta Obstet Gynecol Scand, 2012.
                  32. American College of Obstetricians and Gynecologists. Back Pain During Pregnancy. Accessed February 5, 2022. https://www.acog.org/en/womens-health/faqs/back-pain-during-pregnancy
                  33. Thomas IL, et al. Evaluation of a maternity cushion (Ozzlo pillow) for backache and insomnia in late pregnancy. Aust N Z J Obstet Gynaecol, 1989.
                  34. Kihlstrand M, et al. Water-gymnastics reduced the intensity of back/low back pain in pregnant women. Acta Obstet Gynecol Scand, 1999.
                  35. Granath AB, Hellgren MSE, Gunnarsson RK. Water aerobics reduces sick leave due to low back pain during pregnancy. J Obstet Gynecol Neonatal Nurs, 2006.
                  36. Liddle SD, Pennick V. Interventions for preventing and treating low-back and pelvic pain during pregnancy. Cochrane Database Syst Rev, 2015.
                  37. Shiri R, Coggon D, Falah-Hassani K. Exercise for the prevention of low back and pelvic girdle pain in pregnancy: A meta-analysis of randomized controlled trials. Eur J Pain Lond Engl, 2018.
                  38. van Benten E, et al. Recommendations for physical therapists on the treatment of lumbopelvic pain during pregnancy: a systematic review. J Orthop Sports Phys Ther, 2014.
                  39. Close C, et al. A systematic review investigating the effectiveness of Complementary and Alternative Medicine (CAM) for the management of low back and/or pelvic pain (LBPP) in pregnancy. J Adv Nurs, 2014.
                  40. Coleman J, et al. The Ghana PrenaBelt trial: a double-blind, sham-controlled, randomised clinical trial to evaluate the effect of maternal positional therapy during third-trimester sleep on birth weight. BMJ Open, 2019.
                  41. Ostgaard HC, Zetherström G, Roos-Hansson E. Back pain in relation to pregnancy: a 6-year follow-up. Spine, 1997.
                  42. Norén L, et al. Lumbar back and posterior pelvic pain during pregnancy: a 3-year follow-up. Eur Spine J, 2002.
                  43. Lee SWY, et al. Haemodynamic effects from aortocaval compression at different angles of lateral tilt in non-labouring term pregnant women. Br J Anaesth, 2012.
                  44. Kundra P, et al. Effect of positioning from supine and left lateral positions to left lateral tilt on maternal blood flow velocities and waveforms in full-term parturients. Anaesthesia, 2012.
                  45. Fujita N, et al. Effect of Right-Lateral Versus Left-Lateral Tilt Position on Compression of the Inferior Vena Cava in Pregnant Women Determined by Magnetic Resonance Imaging. Anesth Analg, 2019.
                  46. Higuchi H, et al. Effect of lateral tilt angle on the volume of the abdominal aorta and inferior vena cava in pregnant and nonpregnant women determined by magnetic resonance imaging. Anesthesiology, 2015.
                  47. Dennis AT, Hardy L, Leeton L. The prone position in healthy pregnant women and in women with preeclampsia - a pilot study. BMC Pregnancy Childbirth, 2018.
                  48. Oliveira C, et al. Influence of the prone position on a stretcher for pregnant women on maternal and fetal hemodynamic parameters and comfort in pregnancy. Clin Sao Paulo Braz, 2017.
                  49. Nakai Y, et al. Effects of maternal prone position on the umbilical arterial flow. Acta Obstet Gynecol Scand, 1998.
                  Clause de non-responsabilité : Les informations fournies sur cette page le sont à titre informatif uniquement et ne constituent pas un avis médical, un diagnostic, un traitement ou des soins professionnels, et ne sont pas destinées à s'y substituer.
                  Copyright © 2022 PrenaBelt
                  Long answer:
                  • Practical points for physiotherapists and registered massage therapist
                    • Since routine movements (especially rising from a chair) can provoke LBP and PGP in pregnancy, teaching these patients modified movements to reduce loading and stresses on the body may be helpful.[17]
                    • Supine? When positioning a pregnant patient for treatment, if the supine position is needed, always keep her pelvis tilted 15 degrees or more to the left.[43] Further, to put her in this position, always start out with her lying on her left side and then roll her toward this position. There is evidence that moving to this left pelvic tilt position from the supine position is not as effective in relieving aortocaval compression as moving to this position from the left lateral position.[44] If tilting the pelvis to the right, more than 30 degrees of tilt may be required.[45,46]
                    • Prone? For over two decades, it has been known that maternal prone position in late pregnancy can be adopted using a special bed, stretcher, or pillow (e.g., Belly Pillow®47) with a large hole that accommodates the gravid uterus and ensures that there is no pressure being applied to the abdominal region. Under these conditions, this position has been demonstrated to be safe for at least 5-6 minutes,[48] comfortable,[47,48] and can completely relieve uterine compression of the IVC and aorta. This, in turn, can improve maternal respiration rate,[48] blood-oxygen saturation,[48] and blood pressure [47,48] and can improve umbilical artery flow in the fetus.[49]